Derniers messages

Articles populaires

FILTRES (50 produits)

Prix

480 € - 3225 €

Puissance

Marques

Couleur

Taille de bûche

Evacuation des fumées

Diamètre de sortie

Qu’est-ce que c’est, le label « Flamme verte » ?

Qu’est-ce que c’est, le label « Flamme verte » ?

November 5th 2021
2110 Vues
J'aime

Lorsque l’on veut chauffer son logement au bois, de nombreux critères sont à prendre en compte. Et pour aider l’acheteur dans son choix, il existe une myriade de notes, données et labels en tous genres. Aujourd’hui, nous sautons à pieds joints dans cet univers fait de chiffres, de lettres et d’étoiles pour se pencher sur le label « Flamme verte ».

 

Historique et définition

Lancé en l’an 2000 par l’ADEME et les fabricants d’appareils de chauffage, le label « Flamme verte » a pour objectif de faire la promotion des solutions de chauffage au bois. Ce label concerne les foyers fermés, les inserts, les poêles à bois/granulés, les cuisinières et les chaudières domestiques.

Afin que leurs produits soient labelisés « Flamme verte », les fabricants doivent respecter un cahier des charges strict qui répond aux exigences de la charte « Flamme verte ». Ces produits subissent une batterie de tests rigoureux dans des laboratoires accrédités selon la norme ISO/CEI 17025 et notifiés par la Commission européenne. Un appareil passant cette série de contrôles et qui en ressort labelisé est donc un appareil conforme aux réglementations en vigueur ainsi qu’aux conditions de la charte en termes de performances environnementales et énergétiques.

 

Des contrôles exigeants

Pour recevoir le label « Flamme verte », les fabricants fournissent à un organisme de certification indépendant toutes les données techniques justifiant les performances de leurs appareils. Aux tests réalisés par cet organisme s’ajoutent depuis 2010 des prélèvements de contrôle annuels, réalisés par les laboratoires partenaires « Flamme verte » (au nombre de 13), sur les appareils les plus vendus sur le marché français. Seules les chaudières domestiques ayant été préalablement labelisées « Flamme verte », font exception à la règle et sont par conséquent dispensées de ces contrôles.

Ces tests ont comme but d’opposer et de comparer les données techniques fournies par le fabricant aux tests réalisés par le laboratoire indépendant. Si l’appareil est parfaitement conforme, il est labelisé. Dans le cas contraire, s’il ne répond pas aux exigences de la charte ou qu’il n’est pas conforme aux données techniques du fabricant, le produit peut être, soit rétrogradé dans la classe inférieure, soit exclu du label « Flamme verte ».

Les prélèvements permettent de vérifier les critères qui définissent si un produit reçoit le label « Flamme verte » ou non. Originellement, deux données étaient mesurées : le rendement énergétique et les émissions de monoxyde de carbone et de particules fines. Cependant, en 2014, deux autres critères ont été ajoutés à la batterie de tests : la mesure des émissions de composés organiques volatiles et la mesure des émissions d’oxydes d’azotes. Ces deux nouvelles mesures sont devenues en 2019 des critères d’éligibilité au label « Flamme verte ».

 

La labélisation et l’affichage du label

Les signataires de la charte « Flamme verte » ont décidés en 2010 d’apposer sur leurs produits une étiquette énergétique précisant la classe de performance environnementale de leurs produits. À sa création, le label attribuait une note allant de 1 à 3 étoiles. Il s’est ensuite avéré nécessaire d’ajouter de nouvelles classes et de supprimes celles étant les moins performantes pour suivre l’amélioration des performances.

Depuis le 1er janvier 2020, seuls les appareils ayant reçu sept étoiles reçoivent le label « Flamme verte » et sont estimés comme étant les plus performants sur le marché français. Les critères de la classe 7 étoiles concernant les chaudières ont évolués au 1er janvier 2021, remplaçant les critères à puissance nominales par des critères saisonniers basés sur la puissance à charge partielle définie dans le règlement européen sur l’écoconception.

L’étiquette « Flamme verte » ne doit pas être confondue avec l’étiquette-énergie. En effet, depuis le 1er janvier 2018, cette dernière doit être apposée sur les appareils de chauffage au bois. Cette étiquette informe le consommateur sur la performance énergétique de l’appareil, qui ne prend en compte que le rendement de l’appareil, contrairement à l’étiquette « Flamme verte » qui prend en compte tous les critères mentionnés précédemment.

 

Depuis sa fondation il y a vingt ans, le label « Flamme verte » a apporté au chauffage d’importantes avancées. Depuis 2000, les rendements énergétiques ont augmenté de 30% tout en réduisant drastiquement les émissions de polluants dans les fumées. Les émissions de monoxyde de carbone, supérieures à 1% en 2000, sont aujourd’hui réduites à 0.15% maximum.

Choisir un appareil labelisé « Flamme verte », c’est avoir l’assurance de se procurer une solution de chauffage performante, respectant des normes strictes en matière de sécurité et respectueuses de l’environnement.

Laisser un commentaire

Connectez-vous pour commenter

Remonter